LES XV TABLETTES DE THOTH

Aller en bas

LES XV TABLETTES DE THOTH

Message  Admin le Dim 11 Fév - 19:22

Certes le texte est un peu long mais croyez moi il vaut le coup, et vaut sont poids en diadèmes et en OR. LES DEUX PREMIERES TABLETTES DE THOTH, que je dédie aux "Fils de Hanokh" ou "Enfants de la Lumière"

*** LES XV TABLETTES DE THOTH
TEXTE ATTRIBUÉ À HERMÈS TRISMÉGISTE
TABLE I
L’HISTOIRE DE THOTH, L’ATLANTE

Je suis THOTH, l’Atlante, maître des mystères, gardien de
la Mémoire ancestrale, Roi, Sage et Mage. Je suis celui qui survit d’une génération à l’autre et qui s’apprête à entrer dans la Chambre de l’Amenti pour guider ceux qui me suivront dans les souvenirs de la grande Atlantide.
J’ai débuté cette série d’incarnations dans la grande
métropole de KEOR, sur l’île de UNDAL, à une époque
très lointaine où les mages de l’Atlantide vivaient et
mourraient, non pas comme les petits hommes de cette
période obscure, mais en renouvelant leur vie dans la
Chambre de l’Amenti ; là où la rivière de la vie coule
éternellement vers l’infini.
Cent fois dix j’ai parcouru la voie obscure qui même à la
lumière et autant de fois j’ai traversé l’obscurité pour
régénérer mon pouvoir et ma force grâce à mon ascension
dans la lumière.
Et maintenant, me voici à nouveau avec vous, pour un
temps, jusqu’au moment où le peuple de KEM (nom
ancien de l’Egypte) ne me reconnaîtra plus. Mais il
reviendra le temps où je surgirai à nouveau, fort et
redoutable, pour demander des comptes à ceux qui sont
derrière moi.
Alors, attention à toi peuple de KHEM. Si tu as dénaturé
mon enseignement je te précipiterai en bas de ton trône,
dans les cavernes obscures d’où tu viens.
Et toi qui m’écoutes ici, ne révèle pas mes secrets aux
peuples du Nord ni à ceux du Sud, sinon tu subiras aussi
mon châtiment. Souviens-toi et retiens ces paroles, parce
que je reviendrai sûrement. Du plus profond des temps et
de la mort, je reviendrai pour punir ou récompenser les
actes que tu as commis. Si ce texte est maintenant entre tes mains, c’est que tu es digne, mais ne trahis pas.
Dans les jours anciens, mon peuple était grand, plus
grand que tout ce que peuvent concevoir les petits qui
m’entourent. Il possédait une sagesse ancienne puisant au
coeur d’un savoir infini provenant de l’enfance de la terre.
Sages parmi les sages, les enfants de la lumière étaient
parmi nous. Ils étaient puissants, parce que leur pouvoir
venait du feu éternel.
Mon père THOTME était le plus grand des enfants des
hommes. C’était lui le Gardien du grand temple où
pouvait venir les hommes des races qui habitaient nos dix
Îles, afin de rencontrer les Enfants de la lumière.
Porte-parole de la Divine Triade et gardien de UNAL, il
savait parler aux Rois avec LA VOIX QUI DOIT ÊTRE
OBÉIE.
Puis arriva le moment où le gardien du Temple demanda
que je comparaisse devant lui. Peu d’enfants des hommes
ont survécu à l’épreuve de son visage éclatant ; le même
visage que projettent les Enfants de la lumière lorsqu’ils
ne sont pas incarnés dans un corps physique.
Je fus choisi parmi les enfants des hommes pour recevoir
l’enseignement du Gardien, afin d’accomplir ses desseins
qui mûrissaient dans le sein des Temps.
Sans autre désir que celui d’atteindre la sagesse, c’est dans ce Tabernacle que j’ai passé de l’enfance à la maturité et que j’ai reçu l’enseignement sacré de mon père sur les mystères anciens, jusqu’au moment où le feu éternel de la sagesse vint s’installer en permanence en moi.
Pendant une longue période, je fus assigné au Temple
pour apprendre encore et toujours plus de cette sagesse
divine jusqu’au moment où il me fut possible d’approcher
la lumière du grand feu.
Le Gardien du temple me montra la voie de l’Amenti, le
monde derrière le monde ; là où le grand Roi siège sur son
trône de gloire.
Devant cette grande sagesse, je me suis prosterné en
hommage aux Seigneurs de la vie et aux Seigneurs de la
mort et pour recevoir la Clef de la Vie qui permet d’entrer
dans le cercle de la vie perpétuelle et qui libère de la mort.
J’ai appris à voyager vers les étoiles jusqu’au point où
l’espace et le temps fusionnent. Et après avoir bu
longuement dans la coupe de la sagesse, j’ai appris à
plonger dans le coeur des hommes afin d’y découvrir de
plus grands mystères. Ma joie fut grande, parce que mon âme ne trouvait de repos et de satisfaction que dans cette quête infinie de vérité.
J’ai traversé les âges pour découvrir le secret de ceux qui
m’entourent et les voir goûter à la coupe de la mort pour
ensuite renaître à la vie.
Puis j’ai vu le voile de l’obscurité qui a recouvert le
royaume de l’Atlantide. Cette grande terre qui fut jadis
une étoile éclatante devint une étoile secondaire. Peu à
peu, les pensées des Atlantes se tournèrent vers l’obscurité jusqu’au moment où le Gardien, dans son AGWANTI (détachement), prononça la parole qui appelait le pouvoir.
En accord avec la Loi, le verbe du maître éclata en fleur.
Du coeur profond de la Terre, les enfants de l’Amenti
entendirent son appel et avec leur LOGOS ils dirigèrent
les mutations de la Fleur du feu qui brûle éternellement,
afin que sa flamme change de direction.
C’est alors que les grandes eaux recouvrirent la Terre et
modifièrent son équilibre. Il ne resta que le Temple de
Lumière, seul et intact, sur la montagne de UNDAL qui
émergeait au-dessus des eaux et qui préserva
temporairement ses habitants des fureurs des grandes
fontaines.
C’est alors que le Maître m’appela : « Rassemble mon
peuple avec le grand Art que tu as appris avant les
grandes eaux et transporte le dans le pays des barbares
poilus, dans les cavernes du désert pour accomplir le plan
que tu connais déjà. »
J’ai alors rassemblé mon peuple et nous sommes montés
dans les grands vaisseaux du Maître. Au matin nous nous
sommes envolés, laissant derrière nous le Temple dans l’obscurité, juste avant qu’il ne sombre à son tour dans les
grandes eaux ; jusqu’au jour où il réapparaîtra, lorsque les
temps seront accomplis.
Vivement nous avons volé vers le soleil du matin, pour
atteindre la terre des enfants de KHEM. En nous voyant,
ils devinrent furieux et ils arrivèrent avec des lances et des
couteaux pour combattre et détruire les enfants d’Atlantis.
J’ai alors projeté un rayon vibrant qui les frappa de plein
fouet. Puis, je leur ai parlé avec des mots calmes et
paisibles pour leur faire voir la splendeur d’Atlantide et
leur dire que nous étions les enfants du Soleil et ses
messagers.
Envoûtés par la science magique ils se prosternèrent à mes pieds et nous pûmes demeurer longtemps sur la terre de KHEM, très longtemps où j’ai accompli de grands travaux inspirés de la sagesse.
Puis vint le jour où, obéissant aux commandements du
Maître qui veille éternellement dans son sommeil, j’ai
commandé aux enfants d’Atlantis de se déployer dans
plusieurs directions pour se mêler au peuple de KHEM,
afin que la sagesse éternelle sorte du sein des temps et
s’élève à nouveau dans tous ses enfants.
À partir de ce moment, les enfants de KHEM grandirent
dans la lumière de la connaissance arrosée par la pluie de
ma sagesse. Le peuple de KHEM grandit lentement et
étendit son territoire. Son âme s’éleva peu à peu.
C’est à cette époque que j’ai ouvert un passage vers
l’Amenti, afin de régénérer mes pouvoirs et pour survivre
d’une époque à l’autre, comme un Soleil d’Atlantis, en
conservant la sagesse et en préservant la Mémoire
ancestrale.
Avec le pouvoir qui neutralise la gravité, j’ai élevé au dessus de ce passage une énorme pyramide. En son sein
j’ai construit une chambre secrète d’où part un passage
circulaire qui mène presque au grand sommet.
Là, dans son Apex, j’ai installé un cristal qui envoyait un
rayon dans l’espace-temps afin d’attirer la force provenant
de l’Ether et la concentrer sur le passage de l’Amenti. J’y
ai construit d’autres chambres que j’ai laissées vides mais
qui cachent les clefs de l’Amenti.
Périodiquement, lorsque le temps était venu, je retournais
dans l’obscure Chambre d’Amenti, profondément dans les
entrailles de la terre pour me présenter devant les
Seigneurs du pouvoir, face à face avec le Gardien, devant
l’entrée du passage qui mène vers l’Amenti.
Rares sont ceux qui affrontent ce passage qui descend vers l’obscure Amenti. Celui qui veut affronter
courageusement les royaumes obscurs doit tout d abord
se purifier par un long jeûne et s’étendre dans le
sarcophage. Ensuite je viens le rencontrer dans l’obscurité
absolue et je lui révèle les grands mystères.
À partir de ce moment, moi THOTH, Maître de la Sagesse,
et je l’accompagne pour toujours.
J’ai construit la Grande pyramide en m’inspirant de la
pyramide naturelle des forces de la terre, afin qu’elle brûle
éternellement et qu’elle demeure à travers les âges. Dans
sa forme, j’ai inscrit mon savoir de la Science Magique,
afin qu’elle soit toujours disponible lorsque je reviens de
l’Amenti.
Ainsi, lorsque je dormirai dans la Chambre de l’Amenti,
mon Âme s’incarnera à nouveau parmi les hommes, sous
cette forme ou sous une autre.
Ô Hermès, le Trois fois né. Émissaire du Gardien sur la
Terre, je réponds à tes commandements, afin que
plusieurs de tes enfants puissent être élevés à cette
dignité.
Maintenant que je t’ai révélé ces mystères, il est temps que je retourne dans la Chambre de l’Amenti, en laissant
derrière moi un peu de ma sagesse. Préserve-toi et garde
précieusement le commandement du Gardien :
LÈVES TOUJOURS PLUS HAUT TES YEUX VERS LA
LUMIÈRE Et maintenant me voici à nouveau uni au Maître. Par ma dignité naturelle et mon vouloir je suis UN avec le grand TOUT CE QUI EST.
Je vous quitte pour un temps. Gardez et vivez mes
commandements et ainsi je serai avec vous pour vous
aider et vous guider vers la lumière.
Maintenant devant moi s’ouvre le Portail où je m’enfonce
dans la noirceur de la nuit.
TABLETTE I I
LA CHAMBRE DE L’AMENTI
La chambre de l’Amenti, chambre de la Vie et de la mort
qui baigne dans le feu du Tout infini, repose dans le coeur
profond de la terre, loin en dessous du continent englouti
d’Atlantide.
Il y a très longtemps, perdus dans l’espace-temps, les
enfants de la lumière regardèrent le monde pour constater
que les enfants des hommes étaient emprisonnés par une
Force qui vient de l’au-delà. Ils savaient qu’ils pourraient
s’élever de la terre au Soleil s’ils parvenaient à se libérer
de l’emprise de ce pouvoir obscur. Pour les aider, ils
s’incarnèrent dans des corps qui ressemblaient à ceux des
hommes.
Les maîtres dirent : « Nous sommes formés de la
poussière de l’espace et nous partageons la vie du Tout
infini. Nous vivons comme les enfants des hommes et
pourtant nous sommes différents d’eux. »
Ils utilisèrent leur pouvoir pour ouvrir de grands espaces,
très profondément au coeur de la croûte terrestre, isolés
des enfants des hommes. Protégés par leurs pouvoirs et
leurs forces, c’est ainsi qu’ils se protégèrent de la Chambre de la mort.
Ils ouvrirent beaucoup d’autres espaces qu’ils inondèrent
de la lumière d’en haut et y apportèrent de nouvelles
formes de vies. Ils construisirent les Chambres de
l’Amenti pour se régénérer et vivre jusqu’à la fin éternelle.
Il y eut 32 enfants de la lumière qui s’incarnèrent parmi
les hommes pour les libérer de l’emprise des forces de
l’obscurité de l’au-delà.
Dans les profondeurs de la Chambre de la vie, une fleur
de lumière se mit à grandir et à prendre de la force pour
repousser la nuit. Au coeur de cette fleur émanait un rayon
d’un grand pouvoir qui donnait la vie, la lumière et le
pouvoir à tous ceux qui s’en approchaient.
Autour de cette fleur, ils firent un cercle avec 32 trônes où
les enfants de la lumière pouvaient s’immerger dans cette
radiance et se remplir de la lumière éternelle.
Périodiquement, à chaque mille ans, ils trônent durant
cent ans, avec leur premier corps de lumière afin qu’il
puisse s’imprégner de l’Esprit de la Vie. C’est là que depuis le fond des âges, inconnus des hommes, ils
accélèrent et éveillent l’Esprit de la vie. Ils reposent dans
les Chambres de la vie laissant leur âme rayonner et
imprégner les corps des hommes. Inconnus des races
humaines, près du feu froid de la vie, les enfants de la
lumière siègent et vivent éternellement dans la Chambre
de la vie.
D’une époque à l’autre, pendant que leur corps de lumière
sommeille, ils s’incarnent dans le corps des hommes et
leur enseignent comment sortir de l’obscurité pour aller
vers la lumière. C’est alors qu’ils s’éveillent et sortent des
profondeurs pour devenir des lumières infinies parmi les
mortels.
Il en est de même de celui qui s’élève progressivement de
l’obscurité profonde de la terre intérieure et qui se
propulse lui-même hors de la nuit. Il se libère des
Chambres de l’Amenti pour éclore comme une fleur de
lumière et, avec sa sagesse, il enseigne aux hommes à
devenir des Maîtres de la vie et à se libérer de l’obscurité
de la nuit.
Silencieux, étranges et redoutables, vêtus de leur pouvoir,
différents et pourtant unis aux enfants des hommes, ces
êtres attirent à eux la force de vie. UN AVEC LES
ENFANTS DE LA LUMIÈRE ils observent les limites qui
entourent les hommes et se tiennent disponibles pour les
aider à s’en affranchir lorsque la lumière arrivera à point.
Au coeur de la flamme éternelle résident les sept seigneurs de l’espace-temps qui aident et guident les enfants des hommes dans le passage qui traverse le temps.
Au centre se trouve le neuf infini (9) qui prend la forme
d’un cercle entier qui projette son bras selon son intention,
c’est lui le Seigneur des seigneurs. Redoutable dans sa
présence voilée, il préside aux grands cycles cosmiques. Il
surveille et mesure la progression des hommes.
Autour de LUI, siègent les six Seigneurs des cycles : trois,
quatre, cinq, six, sept et huit. Eux aussi sont libres des
contingences de l’espace et du temps. Chacun a sa mission et son pouvoir pour diriger et aider la destinée des
hommes. Ils ne sont pas de ce monde et pourtant ils sont
les frères des hommes. Ils surveillent la progression de la
lumière parmi les hommes et les soutiennent avec leur
sagesse.
Durant mon périple au coeur de l’Amenti je fus conduit
par le Gardien qui était UN avec le grand Un. Une voix
profonde qui sortait de l’infini me dit :
« Te voici devant moi THOTH, celui qui parmi les enfants
des hommes détient le grand Art. Tu es Maître de la vie
libéré dans les Chambres de l’Amenti. Tu es celui qui ne
connaît pas la mort à moins de le vouloir, celui qui boit à
la source de la vie jusqu’à la fin de l’éternité. Tu es CELUI
QUI TIENT LA MORT AU BOUT DE SES MAINS.
Soleil des hommes tu te régénères dans les Chambres de
l’Amenti où tu vas et tu viens selon ton désir.
Tu reprends vie dans la forme que tu désires, Ô fils de la
lumière parmi les hommes. Tu choisis le travail qui te
convient et tu poursuis ton oeuvre sans relâche sur le
sentier de la lumière où tes pas te mènent toujours plus en
avant vers la montagne de la lumière. Cette montagne qui
devient toujours plus haute à mesure que tu t’en
approches tout comme le but devient plus grand à mesure
que tu progresses.
Sans cesse tu t’approches de l’infinie sagesse qui se cache dans le but. Ton passage dans les Chambres de l’Amenti te rend libre de marcher main dans la main avec les Seigneurs de ce monde et avec tous ceux qui apportent la lumière aux enfants des hommes. »
C’est alors qu’un des Maîtres se leva de son trône et me
guida à travers les Chambres des terres profondes et
secrètes de l’Amenti pour me dévoiler des mystères
inconnus de l’homme. Il me conduisit dans le passage
obscur jusqu’à la Chambre ou siège la Mort noire. Cette
grande Chambre était vaste et, bien que dans l’obscurité
absolue, elle était remplie d’une forme de lumière
immanente.
Devant moi se dressait un grand trône d’obscurité sur
lequel siégeait une figure voilée. Elle était plus noire que
noire, d’une noirceur qui n’était pas celle de la nuit. Le
Maître s’arrêta devant elle et de la voix qui donne la vie, il
dit : « Ô Maître de l’obscurité, berger qui montre la voie d’unevie à l’autre, JE TE PRÉSENTE UN SOLEIL DU MATIN.
Ne plonges pas sa lumière dans l’obscurité.
Rends-le invulnérable au pouvoir de la nuit. Reconnais-le et accepte-le comme un de nos frères qui se sont élevés de l’obscurité à la lumière. Laisses sa lumière s’épanouir
librement dans la nuit, libère sa flamme de la servitude. »
À ces mots, la forme obscure étendit la main d’où s’éleva
une flamme claire et brillante qui repoussa le rideau de
l’obscurité et qui éclaira la Chambre. Tout l’espace
s’embrasa comme si l’obscurité elle-même était le
combustible qui alimentait le feu. Des myriades de fleurs
de feu éclataient en gerbes pour allumer encore plus
d’étincelles qui se répandaient dans la nuit en projetant
une lumière diffuse.
Entourées d’un voile d’obscurité qui leur servait de
combustible éternel, ces étoiles de lumière brillaient sans
qu’il soit possible de rassasier leur soif d’éclairer. Allant et
venant comme des lucioles au printemps, elles
remplissaient l’espace de Lumière et de Vie.
C’est alors qu’une voie puissante et solennelle se fit à
nouveau entendre :
« Voici les lumières que sont les âmes des hommes, elles
grandissent et décroissent à jamais, toujours vivantes dans le changement de la vie et de la mort.
Lorsqu’elles ont monté en fleur et atteint le zénith de leur
croissance, je projette le voile de l’obscurité qui va les
transmuer en de nouvelles formes de vie.
C’est ainsi qu’elles iront d’une époque à l’autre, sans cesse en croissance, d’une flamme à l’autre, pour illuminer
l’obscurité avec un plus grand pouvoir, rassasiées et en
même temps non rassasiées par le voile de la nuit.
C’est ainsi que l’âme de l’homme se déploie sans cesse en grandissant, rassasiée et pourtant non rassasiée par
l’obscurité de la nuit.
Moi, la Mort, je viens et pourtant je suis éphémère
puisque la Vie éternelle existe partout. Sur le chemin
éternel, je ne suis qu’un obstacle qui est vite conquis pour
la lumière infinie. Je suis le combustible du feu éternel.
Éveille-toi, ô flamme qui brûle sans cesse à l’intérieur et
qui conquiert le voile de la nuit. »
C’est alors que toutes les flammes réunies éclatèrent et
fusionnèrent jusqu’à ce qu’il ne reste rien d’autre que de
la lumière solide. Alors la voie du maître se fit à nouveau
entendre :
« Regarde ton âme comme elle grandit dans la lumière ;
libérée à jamais du Seigneur de la nuit. »
Il me guida à travers de grands espaces pour découvrir les
mystères des Enfants de la Lumière ; mystères que
l’homme peut connaître s’il devient lui-même un Soleil de
lumière. Au retour il me guida vers la Chambre de
lumière pour me prosterner devant les grands Maîtres, les
Seigneurs des cycles de l’au-delà. Avec une voix très
puissante il ajouta :
« Maintenant que tu es devenu libre de la Chambre de
l’Amenti, choisi quel travail tu veux accomplir parmi les
enfants des hommes. »
Je lui répondis :
« Ô, grand Maître, laisses moi devenir un enseignant des
hommes, afin de les guider à l’aller et au retour ; jusqu’au
moment où ils deviendront à leur tour des lumières parmi
les hommes en se libérant du voile de la nuit qui les
entoure, rayonnants comme la lumière qui doit briller
parmi les hommes. »
La voie répondit :
« Qu’il en soit ainsi. Tu es maître de ta destinée ; libre de
prendre ou de rejeter selon ton vouloir. Empare-toi du
sceptre du pouvoir et de la sagesse. Brille comme une
lumière éclatante parmi les enfants des hommes. »
Et ainsi, le Gardien me ramena en haut pour vivre comme
SOLEIL DE LUMIÈRE, FEU PARMI LES HOMMES, afin
de leur enseigner ma voie et de leur apprendre un peu de
ma sagesse.
Amitié

Admin
Admin

Messages : 533
Date d'inscription : 20/03/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://bientotlagueoula.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum